Manageur satisfait de la première partie de saison de son groupe, Rastko Stefanovic fait le point sur la phase aller et se projette déjà sur la suite, tandis que ses troupes ont repris l’entraînement depuis un peu plus d’une semaine.

 

Rastko, quel bilan tirez-vous du début de saison ?

Pour le moment, on peut dire que l’on est content. On est deuxième du classement de Pro D2 avec une équipe qui avait subi une relégation et dont 8 joueurs étaient partis. On a donc eu beaucoup de nouveaux joueurs à intégrer. Pendant la préparation, les recrues et les autres ont pris progressivement confiance grâce aux résultats et puis ensuite nous avons attaqué le championnat. On a progressé ensuite à chaque match. Il faut garder la concentration pour la 2e partie de saison. On aurait évidemment préféré être 1er à la trêve mais on s’est incliné face à Massy dans un match compliqué. C’est dommage mais il faut que l’on se prépare pour être capables de jouer plus nettement au dessus de tout le monde. La clef est là, essentiellement.

 

Sur quels points du jeu y’a-t-il de réelles satisfactions ?

Il y en a beaucoup, vraiment. Mais ce qui me paraît le plus important, c’est que l’on joue très bien collectivement. On est vraiment ensemble sur le terrain et c’est ce qui fait une équipe. L’état d’esprit, c’est la différence qu’il peut y avoir entre une équipe qui a des individualités ou une équipe moyenne qui joue à 100% ensemble. Nous on peut avoir les deux quand on est vraiment très bien donc il faut continuer dans ce sens.

 

Cela se traduit notamment en défense…

Oui évidemment car on a un très bon bloc dans ce secteur… mais pas seulement. On est aussi performants en attaque. Si on regarde comment l’on fonctionne sur le plan offensif, on peut constater qu’à chaque rencontre, il y a un joueur qui se met en avant, qui tire le collectif. Ca, c’est très bien parce que cela veut dire que l’on a de la ressource. Il n’y a pas de raison que l’on ne remplisse pas notre objectif, l’ambiance est bonne.

 

De qui faut-il se méfier dans cette 2e partie de saison ?

Il y a 6/7 équipes que l’on connaît, celles qui sont en haut de tableau, qui sont capables de bien jouer. Surtout lorsque l’on va jouer sur leurs parquets. Il faut réussir à bien se préparer pour ce genre de rendez-vous. Ce sont des matchs pièges, tu ne sais jamais ce que l’adversaire va produire. C’est toujours plus difficile que quand tu sais que tu vas jouer contre un gros adversaire. Face aux gros calibres, ce n’est jamais difficile de trouver la motivation. A domicile, on peut regretter notre nul face à Chartres et c’est la difficulté du sport, tu peux toujours faire mieux.

 

Maintenant, l’idée c’est de se préparer pour la suite de saison…

Oui on a 6 semaines pour bien travailler. On va reprendre des forces, faire revenir progressivement ceux qui ont des petits bobos et on sera prêt d’abord pour la Coupe de France puis le championnat.