Championnes de N3F la saison passée au terme d’un parcours et d’une finale exceptionnels, les filles de Sandrine Otina attaquent leur saison ce week-end par un stage de préparation qui durera jusqu’à mercredi. Elles travailleront ensuite de manière classique sur Ivry.

 

Attention équipe affamée ! Dans la droite ligne de leurs deux dernières saisons, les séniores féminines de l’USI veulent faire des étincelles lors de l’exercice 2019-2020 qui va s’ouvrir. Désormais en N2F après deux accessions successives, les Rouge et Noir ont l’ambition de d’abord stabiliser l’équipe dans leur actuelle nouvelle division avant de voir plus loin. « On veut être dans la continuité en essayant de se maintenir le plus vite possible et ensuite regarder peut-être plus haut » détaille Prescilla Mosta, la gardienne et capitaine de l’équipe. « Pour cela, on pourra compter sur une équipe qui garde la même colonne vertébrale que la saison passée, même si on a perdu quelques filles comme Lola Martinez qui était LE bras de l’équipe, capable de décoincer les situations même à 9 ou 10 mètres, ou encore Sophie la compagne de Morten Vium qui est partie avec lui, et Nina qui est partie en Nouvelle Zélande. Pour compenser, on a quelques recrues intéressantes qui vont renforcer le groupe. On a fait faire des tests avec des matchs amicaux à une quinzaine de filles. 5 ont été retenues. Elles sont globalement assez polyvalentes et avec un bon état d’esprit, qui était un critère très important. C’est un mélange d’expérience et de jeunesse car on a besoin des deux. Pour penser à l’avenir mais aussi réussir à se maintenir à ce niveau. Il y a une fille de Lagny, contre qui on a souvent joué, qui arrive par exemple, d’autres plus jeunes de Vitry, on va pouvoir se découvrir pendant le stage. »

Celui-ci commence d’ailleurs en cet avant-dernier week-end des vacances d’été du côté de Millau, aux Vignes. « C’est un endroit vraiment bien pour se préparer » glisse le dernier rempart maison. « Et on tient à remercier la ville qui nous met le lieu à disposition. C’est un peu à la dure car le confort est assez spartiate mais c’est très bien pour ce que l’on a à faire. On va travailler physiquement le matin pendant 2h, faire des activités ludiques dans l’après-midi et enchaîner le soir avec une nouvelle séance. »

Mobilisée tout au long de l’année (vente du muguet, Ivry en fête, etc…) pour financer ce stage de remise en route, la N2F démontre qu’elle connaît déjà le prix des conquêtes. Et qu’elle ne veut pas en rester là !