Ce vendredi, les Rouge et Noir se déplacent à Dijon pour un match clef de cette fin de saison. En cas de succès, ils ne seraient plus qu’à une victoire du titre et de la remontée en D1 !

 

Deux marches. Il ne reste que deux marches à gravir pour enfin remporter ce titre de Pro D2 tant espéré – et finalement jamais remporté dans l’histoire de l’USI – puis remonter en D1 lors de la saison 2015-2016. Alors au moment de se rendre à Dijon, les Val-de-Marnais sont plus que concentrés. « On sait qu’il nous faut encore 2 victoires pour atteindre notre objectif » glisse l’ailier droit Thomas Cauwenberghs « mais je pense qu’il ne faut pas se projeter trop loin. Vraiment. Etre d’abord très concentrés sur ce match face à Dijon est primordial. On a le temps de penser à la suite. Et surtout, on sait que notre calendrier jusqu’à la fin sera compliqué, puisqu’on n’affronte que des équipes qui ont quelque chose à jouer au niveau des play-offs ou du titre. »

Pourtant ce déplacement en Bourgogne pourrait un peu plus encore clarifier la situation. « C’est une certitude mais il ne faut vraiment pas partir en terrain conquis » poursuit l’international belge. « On a eu de bons résultats jusqu’ici mais un match n’est jamais gagné d’avance. On l’a bien vu quand nous avons affronté Strasbourg, le dernier. Ils se sont battus jusqu’au bout et n’ont pas donné les 3 points. Il a fallu aller les chercher. Et même si l’on sort d’une bonne prestation à Nancy, chaque match est différent. »

Surtout quand on est en déplacement sur un terrain hostile face à une équipe, Dijon, actuellement 7e avec 41 points et qui peut encore viser une place en play-offs.

Thomas Cauwenberghs « On va affronter une tout autre équipe qu’à l’aller car ils avaient quelques absents et que depuis, ils jouent bien mieux. Nikola Dokic sera dangereux à la mène, il a une bonne relation avec son pivot Marc Poletti qui tourne très bien en ce moment. Il y a aussi Martin Petiot sur l’aile droite ou encore les deux gardiens dont Nebojsa Stojinovic qui est capable de fermer la boutique, surtout face à une équipe comme la notre face à laquelle tout le monde veut briller. »

Jusqu’ici les hommes de Rastko Stefanovic et David Degouy ont su composer avec la pression et des adversaires toujours déterminés puisque le bilan comptable est de seulement 1 défaite, 3 nuls et 16 victoires. Encore 2 et la fête sera des plus belles !