En déplacement sur le parquet de l’Entente Strasbourg Schiltigheim Alsace Handball ce samedi, l’US Ivry Handball part méfiante, car si les adversaires sont derniers, ils ont su faire trembler pas mal d’adversaires.

 

« Ce n’est pas parce que cette équipe est dernière qu’il faut y aller trop confiants. Au contraire, ils ne vont rien avoir à perdre, comme Pontault la dernière fois et doivent prendre des points pour se maintenir. Il faut toujours avoir ce sentiment que l’on peut et doit s’imposer, tout en restant méfiants. » Les paroles sont claires et nettes, pleines d’a propos, d’expérience et elles sont signées François-Xavier Chapon, gardien et capitaine de l’US Ivry Handball. A quelques heures du déplacement chez l’ESSAHB, les coéquipiers du flegmatique et efficace dernier rempart sont prévenus, cette virée n’aura rien d’un amusement. « C’est une équipe qui joue très bien au handball, qui est très complète. Ce qui lui manque peut-être c’est de la taille, mais leur grand arrière droit, absent à l’aller, devrait être présent. Il y a de très bons manieurs de ballons comme Vladimir Ostarcevic qui était avant à Tremblay et Sélestat, sur les ailes, Freppel et Fessler ont de bonnes jambes et de l’expérience. Et puis derrière, les jeunes arrières n’hésitent pas à prendre des tirs. »

Pour autant, le bilan comptable des hôtes n’affiche tout de même pas un ratio qui doit faire frémir les visiteurs avec un total de 3 victoires pour 16 défaites en 19 matchs. « Je le redis, en déplacement, on sait que ça peut être compliqué pour nous » poursuit Chapon. « Et puis ils viennent de gagner à Besançon alors que l’on y a fait nul. C’est un signe important à prendre en compte. Il faut aussi se souvenir que quand ils ont affronté Chartres, ils ont mené de 5 buts. » La méfiance, toujours, est présente dans le discours du capitaine qui enchaîne. « Il nous reste encore au moins 5 matchs à gagner sur les 6 derniers que nous devons jouer. C’est beaucoup. Et il ne faut pas que l’on laisse le moindre espoir à nos poursuivants de revenir. Si on lâche des points maintenant, alors qu’on aura des confrontations directes sur la fin, ils vont y croire. Il faut que l’on reste costauds d’autant qu’il y a des chocs directs aussi derrière nous. »

Une victoire pour avancer sereins en espérant un éventuel faux-pas adverse, tel est l’objectif du week-end !