Au terme d’un match au final très costaud, les Rouge et Noir se sont offerts le scalp de Nîmes, 11e de D1, et une très belle place en ¼ de finale de la Coupe de France. Avec enthousiasme et manière !

 

Privée notamment de Mathieu Bataille et Pablo Simonet, l’US Ivry arrivait amoindrie pour ce match au sommet des 8e de finale de la Coupe de France face à l’USAM. Et partis comme des lions dans cette partie très ouverte (5-3 à la 9’), les Rouge et Noir ont bien failli sombrer tout de suite après ce départ canon, quand Nîmes, mieux dans ses baskets, et dans le sillage d’un prolifique Pawel Podsiadlo (9 buts) a su trouver le bon tempo pour tromper la défense val-de-marnaise (5-10 à la 19’). Après ce 0-7 encaissé, les locaux étaient un peu groggys, mais conservaient en tête cette idée simple : ils n’avaient rien à perdre ce soir et pouvaient se tester grandeur nature face à une D1. Alors, progressivement, les protégés du président Albertini se sont relancés. Et petit à petit sont revenus, grâce à la patte de Sebastian Simonet ou encore le bras déterminé de Fabien Ruiz Margaria, dans cette partie que Nîmes semblait dominer. Si bien qu’à la pause, il n’y avait que 3 longueurs d’écart (11-14). Rien de rédhibitoire, loin de là, pour le leader de la Pro D2.

Du coup, au retour des vestiaires, la donne restait jouable pour les locaux qui appuyaient bien fort sur l’accélérateur. Et à la 38’, l’égalité arrivait (16-16). S’en suivait alors un combat âpre au possible ou chacun faisait valoir ses arguments. Saurina, Haon, Podsiadlo ou encore Rebichon scoraient pour les visiteurs tandis que du côté des pensionnaires de Delaune, on retrouvait Mabire, Kollé, Khermouche ou encore Gervelas, depuis ses buts, pour alimenter la marque (21-21 à la 47’). Puis le match s’emballa pour la troupe dirigée par Rastko Stefanovic et David Degouy et le score flamba grâce à de nombreux arrêts de Rémy Gervelas et à une efficacité offensive bienvenue, notamment sur contre (27-22 à la 52’). Et si la Green Team tenta bien de pousser pour revenir, ce fut en vain et jusqu’au bout les Ivryens tinrent la marque. Et remportèrent un succès largement mérité (31-30).