US IVRY HANDBALL

Séance d’échanges autour de la crise sanitaire

22/07/2020

Après avoir effectué les tests médicaux lundi et mardi, les Rouge et Noir ont conversé, ce mercredi, sous la houlette des coachs, autour de la crise sanitaire et de la fin de leur saison, avec deux intervenants extérieurs, Anaëlle Malherbe et Fred Vergnas.

 

Soucieuse de faire progresser ses joueurs et son équipe, l’US Ivry a repris sa saison 2020-2021 avec une séance de travail un peu inhabituelle dans le handball en faisant appel à l’expertise d’Anaëlle Malherbe, psychologue du sport et préparatrice mentale, et Fred Vergnas, développeur de performances et accompagnateur de talents. Le but de cette première séance ? Écouter, échanger et synthétiser le vécu de chacun pendant la crise sanitaire traversée afin de permettre à chacun de trouver le meilleur équilibre possible. Il a donc été question des conditions du confinement, de ce qu’il a pu apporter en positif et négatif et de la façon de repartir, d’un point de vue personnel et sportif, à partir de maintenant. Joueurs du centre de formation et pros, anciens et nouveaux, se sont donc livrés, souvent sans tabous et avec beaucoup de partage. Une première qui doit permettre au collectif d’aller plus loin encore dans ses performances.

Un travail apprécié notamment par Wilson Davyes, l’arrière polyvalent val-de-marnais : « Je pense que c’est très important de passer par ce type d’échanges car ce que l’on a vécu est quelque chose qui n’était jamais arrivé avant. Avant de reprendre le travail physique, connaître l’état mental est intéressant. Pouvoir évacuer ce que l’on a pu vivre de bon et de moins bon surtout, c’est important. Ce n’est pas parce que l’on est sportif de haut niveau que cet aspect mental est facile. Chacun a vécu cela de manière différente, avec son histoire, son parcours, sa personnalité, sa façon de s’adapter à cette situation. Le fait de pouvoir parler, d’écouter, d’échanger, sans jugement, est bénéfique. Tout le monde s’est senti accepté et c’est important de savoir que l’on est soutenu, que l’on fait partie d’un groupe. On est là les uns pour les autres. »