US IVRY HANDBALL

Top 10 des meilleurs buteurs de l’USI : N1 / Bernard Rignac

11/05/2020

Personnalité forte de l’USI, présente quasiment à chaque match de l’équipe première dans les travées de Delaune, Bernard Rignac est le meilleur buteur de l’histoire des Rouge et Noir ! Un statut que l’intéressé endosse avec une certaine fierté !

 

Plus fine des plus fines gâchettes de l’USI, c’est donc l’adorable Bernard Rignac qui se place en haut du classement des buteurs du club avec un total de 1385 buts inscrits au cours de sa très longue carrière avec les pros qui se sera tenue entre 1970 et 1985. Inscrivant 1201 buts en championnat, 142 en Coupe de France et 42 en Coupes d’Europe, il devance de près de 100 unités son premier poursuivant, René Richard. Un record dont il tire un peu de fierté : « Je suis vraiment content d’être en haut de ce classement. C’est le symbole d’une certaine fidélité au club. Il faut dire qu’à l’époque, c’était comme ça. Aujourd’hui, quand un joueur reste 5 ans quelque part, cela fait déjà un bon bail. J’ai été tellement heureux de jouer pour le club, ça a été un vrai plaisir. Je suis arrivé de la VGA Saint-Maur chez les jeunes et je ne suis plus jamais parti ! »

S’offrant ainsi pas moins de 3 titres (1970, 1971, 1983) et une finale perdue (1982), le fantastique gaucher possède un des palmarès les plus fournis du club et du championnat de France en général. Et un statut d’artilleur hors pair : « Je ne pensais pas réussir ce genre de performance quand j’ai débuté ! Mais je crois que la confiance est venue du fait que les anciens ont toujours été là pour nous aider. René Richard et les autres et de notre côté, on a essayé de faire la même chose avec les jeunes qui sont arrivés après nous. Les Fred Martinez, Daniel Hager… Marquer, j’ai toujours aimé ça, peut-être parfois au détriment des autres (rires). Non sérieusement, je crois que j’étais doué pour finir les actions, aller au but, donc j’y allais mais cela récompensait le travail collectif. On était une très belle bande d’amis et avec ceux du titre de 1983 notamment, on continue de tous se voir très régulièrement aux matchs et après on se fait des petits restos entre nous ! On est des Ivryens purs et durs. »

L’histoire en mouvement qu’il faut savoir transmettre et faire perdurer.