US IVRY HANDBALL

J10LSL / Ivry coince face à Dunkerque

22/11/2017

Pas si loin de leurs visiteurs du soir de Dunkerque, les Ivryens se sont finalement inclinés lors de la 10e journée de Lidl Starligue (26-29). Une défaite amère car il y avait la place de faire mieux.

 

Il y avait du serpent dans l’USDK ce mercredi soir. Une sorte de boa constricteur qui ne se sert que des petites faiblesses de l’autre pour arriver à ses fins. Ainsi si l’entame de match était équilibrée (4-4 à la 10’), les visiteurs prenaient ensuite de l’avance via Langaro et Nagy qui faisaient la différence (4-7 à la 15’). En manque de réussite, les Val-de-Marnais tentaient néanmoins beaucoup. On voyait Micke Brasseleur prendre des shoots mais aussi Mathieu Bataille bouger beaucoup au pivot, en attaque comme en défense. Et si Vasja Furlan trouvait le cadre grâce à sa vista en solo ou Morten Vium convertissait les penalties, l’USI était bel et bien décrochée. Parfois à -3 (8-11 à la 25’), les locaux n’arrivaient pas à se rapprocher plus près des Nordistes. Les visiteurs faisaient le boulot mais à la pause, l’espoir était encore de mise (10-14 à la 30’). L’arrière gauche Benjamin Bataille détaille : « C’est frustrant car on fait un mauvais début où on prend 4 buts de retard. On a subi sur leurs grandes courses et les tirs de la base arrière. Après tout au long du match on s’accroche à cet écart et on n’arrive pas à le faire descendre à – de 3. On n’a pas réussi à faire ce petit truc qui aurait pu changer la donne. C’est vraiment dommage car on sent que c’était faisable. »

Dans cette seconde période, en effet, on vit tout de même de belles choses de la part des locaux. Léo Martinez apportait du rythme et de l’envie au relai de Vasja Furlan. Walid Badi tout autant, tout comme Youssef Ben Ali. Dunkerque tremblait un peu. Et quand le match pouvait basculer, il y avait toujours un petit truc qui se mettait en travers de la route des Rouge et Noir. Ici une transversale, là une sanction non sifflée ou non justifiée… Les Ivryens s’accrochaient tout de même jusqu’au bout. Et y croyaient tout comme le public. Morten Vium (7 unités, en photo) chauffait les supporters après chaque but, François-Xavier Chapon sortait quelques ballons dans le money-time après avoir laissé les cages à Rémy Gervelas. Mais rien n’y faisait. Dunkerque l’emportait finalement. Rastko Stefanovic livre son analyse : « On a commencé complètement à l’envers. On était dans le jeu mais Dunkerque, sans jouer, a tout de même réussi à prendre les devants. Ensuite, on a couru après le score et c’est toujours difficile dans ces cas-là. Mais on a fait de bonnes choses en attaque et en défense. Je ne crois pas que nos adversaires méritaient leurs 4 buts d’avance à la pause. En 2e mi-temps, je ne peux rien reprocher aux joueurs en défense. Ils ont mis de l’engagement. Après Dunkerque a eu tous les rebonds quasiment. Ce sont de petits détails qui pèsent. Il y a des jours comme ça où tout marche à l’envers. Il faut rester groupés et continuer de travailler ensemble. Si on arrive à gagner encore un match d’ici la fin de la première phase, ce sera positif. »