US IVRY HANDBALL

J02LSL / Défaite face à Aix.

20/09/2017

En manque de réussite, les Ivryens se sont inclinés face à Aix lors de leur première réception de la saison. La venue de Saran la semaine prochaine est déjà très attendue.

 

Si les hommes de Rastko Stefanovic espéraient faire de Delaune une forteresse imprenable, le résultat, ce mercredi, ne fut pas celui attendu. L’USI s’est en effet heurtée à une formation adverse bien regroupée, avec un Djukanovic costaud dans les cages : « On a eu trop de moments de flottement et perdu beaucoup trop de ballons, c’est une grande déception » avouait Léo Martinez à la fin de la partie.

Les premiers pas sur le sol de Delaune des recrues Yosdany Rios et Oussama Hosni s’avéraient pourtant gagnants avec un début de match emballant des Rouge et Noir. Surtout que dans le sillage d’un premier jet intéressant en défense face au PSG, l’USI faisait preuve d’une rigueur intéressante dans ce secteur (5-3, 12e). La sortie sur blessure de  l’ailier droit Morten Vium ne semblait pas, dans un premier temps, désorganiser l’ensemble val-de-marnais, où Enzo Jean-Louis tenait parfaitement son rôle, tandis que Youssef Ben Ali était irréprochable aux jets de sept mètres (7-6, 18e). Alors que tous les signaux étaient au vert, Ivry perdait soudainement de sa superbe. Entre précipitation en attaque, parfois un manque de fraîcheur physique et un adversaire qui montait en puissance, tous les ingrédients étaient défavorables aux locaux. Ces derniers butaient régulièrement sur Djukanovic, impérial sur sa ligne, si bien qu’ après un 0-7 à cheval sur les deux mi-temps, les hommes de Jérôme Fernandez changeaient complètement la face du match (7-13, 32e).

Les Ivyrens après ce trou d’air sonnaient la révolte par Vasja Furlan, mais les solutions étaient ne contrecarrait pas l’envol du PAUC (9-16, 39e). Nonobstant des intentions louables et une efficacité retrouvée, les Rouge et Noir peinaient à tenir le cap défensivement, si bien que les Aixois conservaient leur pécule (15-23, 50e). Une défense plus haute et un brin de folie redonnaient un coup de fouet aux Franciliens, mais le retard était trop conséquent. « Ce sont nos limites du moment, on a pas le droit de pleurer sur cette défaite, qui est très logique. On n’a pas été bons défensivement et en attaque ce fût difficile. C’est une grosse déception, surtout que dans l’état d’esprit il y a eu des hauts et des bas » résumait l’entraineur Rastko Stefanovic.

La rencontre face à Saran la semaine prochaine sera l’occasion de se relancer.