US IVRY HANDBALL

Rastko Stefanovic : « On a une marge de progression »

18/08/2017

À fond dans leur préparation, les Rouge et Noir sont à pied d’œuvre pour réussir la saison qui s’ouvre. Le coach Rastko Stefanovic se livre dans une longue interview. Bilan, ambition, projection, il dit tout.

 

Rastko, avant de parler de la saison qui s’ouvre, peut-on dresser un petit bilan de celle écoulée ?

C’était vraiment satisfaisant. Sur les résultats, si on regarde les budgets LNH et notre classement, on est 9e avec le 11e budget. Sportivement, on a réussi à faire quelque chose. On a bien joué, on a fait tomber quelques gros comme Montpellier, Chambéry, Dunkerque et obtenu un nul à Nantes, mais je pense aussi que novembre et décembre, on a été moins bien. On n’était pas content de nous. Si on avait pris 4 points de plus à ce moment là, on était Européens. Mais je pense qu’on a produit du jeu, il y a eu une bonne ambiance et de l’amitié entre les joueurs. Beaucoup de respect aussi et c’est ça qui fait la différence. Il faut continuer comme ça même si on a perdu de grands joueurs comme Stankovic, Chipurin, Prandi, Cauwenberghs et Kollé.

 

Justement, ces départs ont été compensés par l’arrivée de nouveaux joueurs ainsi que de forces du centre de formation…

Oui on a Youssef Ben Ali et Yosnady Rios. Je pense que ce sont deux bonnes pioches. Ils vont nous aider à remplir nos objectifs cette saison. On va rester sur nos valeurs passées. On va s’entraîner dur jusqu’à la reprise pour cela.

 

Quels seront les objectifs ?

C’est très complexe à dire au regard du niveau du championnat. D’abord rester en Lidl Starligue, c’est la première chose et ensuite, si on peut, on montrera que l’on est là. Je pense qu’on pourra encore le faire cette saison. On est toujours optimistes et on va bien travailler pour y arriver.

 

L’avantage de cette équipe est qu’elle se connaît bien et a encore une marge de progression…

Oui c’est un groupe qui se connaît bien. C’est important. Il y a des bons joueurs et si le collectif arrive à être fort, les joueurs seront encore meilleurs individuellement aussi. Il y a une marge de progression mais je pense qu’il faut être concentrés sur les bonnes problématiques et notamment celle qui consiste à produire du jeu. C’est pendant cette préparation que l’on va travailler sur nos plans de jeu. Voir comment on peut établir les liaisons entre nos joueurs selon leurs profils.

 

On l’a vu la saison dernière, l’USI a été assez homogène en étant intéressante en attaque comme en défense. Il n’y aura pas de révolution de ce côté là ?

Il faut travailler les deux évidemment. Il n’y a pas qu’un secteur ou l’autre. Et il y a aussi la montée de balle, le repli. Il y a beaucoup de choses qui comptent à la fin. Je pense que le handball total est la clef aujourd’hui. Le championnat de France est costaud pour cela. Il faut toujours tenter de s’améliorer.

 

Sur les semaines à venir, comment cela va se passer ?

On va faire monter l’exigence au fur et à mesure. Il faut que l’on soit prêts pour la reprise. Il y aura différents types d’adversaires lors de nos matchs amicaux. L’objectif n’est pas de gagner mais c’est bien quand même. Même si on essaye des choses. On aura des équipes costaudes face à nous. Moscou, le tournoi de Serris, Tunis. Il y aura différents styles. L’idée est de mettre en place notre plan de jeu.

 

Le début de saison va être très important puisque vous rencontrerez beaucoup d’équipes qui sont des adversaires directs au maintien. Il faudra vite être prêts, non ?

Ça ne nous met pas plus de pression, il faudra être prêts. On va démarrer face à Paris lors de la première journée, c’est bien. Il faudra ensuite avoir une bonne dynamique. On va jouer cela avec plaisir, bien jouer, s’appliquer. On va être prêts et je suis sûr que l’on va être bons.

 

D’autant plus que certaines relations, certains joueurs pourraient apporter encore plus cette saison comme Vasja Furlan, Morten Vium ou encore Micke Brasseleur…

Je pense qu’ils peuvent apporter encore plus. Et tout le monde sait comment nous avons fait les choses la saison dernière. Ils ont montré de belles choses et ils ont plus d’expérience, de sécurité. Cela peut nous faire gagner des choses. Quand on est revenu en première division, on ne savait pas ce que ça allait donner. On est resté ensuite et on a eu la saison dernière qui était mieux. Je pense qu’on peut faire mieux encore. Monter une nouvelle marche.

 

Le milieu de tableau est serré...

Oui c’est ça. On a créé des surprises et on peut le refaire et il faut être capables de battre les équipes du même niveau que nous. Tout est possible.