US IVRY HANDBALL

J16D1 / Ivry domine Toulouse !

17/02/2016

Succès de poids (33-29) des Rouge et Noir, ce mercredi soir, à Delaune, lors de la venue de Toulouse. Cette victoire combinée aux autres résultats permet d’ailleurs aux partenaires de l’excellent François-Xavier Chapon de grimper à la 11e place.

 

Douchés pour leur reprise du championnat à Nantes la semaine dernière (35-25), durement battus à l’aller par cette équipe de Toulouse (31-21), les Ivryens avaient une double revanche à prendre ce mercredi. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont proposé le match qu’il fallait pour y parvenir. Présents dans les impacts, solidaires et surtout au rendez-vous techniquement tant individuellement que collectivement, les hommes de Rastko Stefanovic ont d’abord dû composer avec des adversaires véloces (4-4 à la 7’). Mais subrepticement, les locaux imposaient leur patte sur les échanges en prenant un premier vrai avantage (7-5 à la 12’) grâce notamment au gros travail des frangins Bataille (10 buts à deux) et d’Ivan Stankovic (7 buts). Et si les joueurs de la ville rose revenaient ensuite pour un gros bras de fer (7-7 à la 14’ puis 11-11 à la 21’), l’approche de la mi-temps allaient permettre d’y voir un peu plus clair. Ivry regagnaient les vestiaires avec une petite avance (14-12 à la 24’ puis 16-14 à la 30’) grâce au culot de Walid Badi (8 buts) et le sang froid d’Ivan Stankovic.

Après la pause, les pensionnaires de Delaune restaient très concentrés et très engagés, surtout sur les phases défensives. Autour de Fabien Ruiz Margaria, le mur rouge et noir récupérait des ballons et permettait surtout à leur portier, François-Xavier Chapon de briller. Le capitaine livrant une partie à 17 arrêts, son meilleur total de la saison. Pile au bon moment ! Au fil des minutes et en voyant la quasi intégralité du banc entrer sur le parquet, l’USI bâtissait un succès essentiel (20-17 à la 36’ puis 25-20 à la 44’). Et si les partenaires de Goce Georgievski (7 buts) poussaient, les réponses maisons étaient immédiates. Dans le sprint final, la stricte adverse ne changeait rien et Ivry s’imposait en costaud.