US IVRY HANDBALL

J02D1 / Ivry craque face à Paris

16/09/2015

Pour son deuxième derby de ce début de saison, après celui remporté la semaine dernière face à Tremblay, l’US Ivry Handball recevait Paris pour un match type Ligue des Champions. Au terme des 60’, les Rouge et Noir se sont inclinés mais en s’étant battus de bout en bout et en faisant clairement douter les visiteurs (27-33).

 

Nouveau parquet, nouvelle décoration et peinture fraiche, Delaune avait revêtu de nouveaux habits de lumière pour cette première de la saison en D1 et la réception du champion en titre, Paris. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les Rouge et Noir ont offert un très beau spectacle à leur public, venu bonder les travées, en prenant d’entrée cette formation du PSG Handball à la gorge (4-2 à la 9’). La défense était déjà au taquet, F.X Chapon sortait les ballons et le champion devait s’employer pour revenir (4-4 à la 12’) puis passer devant (6-9 à la 20’). La base arrière parisienne envoyait des scuds grâce à ses Danois Hansen et Möllgaard tandis que Luc Abalo, l’acrobate formé au club, savait trouver les failles de ses anciens partenaires. Omeyer faisait quelques misères aux artilleurs maison mais dans le sillage d’un Benjamin Bataille en feu (8 buts) des deux côtés du terrain ou d’un Mirko Popovic déterminé au contact, les hommes de Rastko Stefanovic et David Degouy rejoignaient les vestiaires avec un débours qui restait jouable (11-15 à la 30’).

Après la pause réglementaire, les Ivryens se relançaient bien et revenaient même à deux longueurs (14-16) en ayant même un ballon pour revenir à -1. Le coche était-il raté ? Probablement car après avoir continué à faire jeu égal un moment, Ivry perdait petit à petit du terrain sur son visiteur. Luc Abalo encore, mais aussi Luka Karabatic sur les postes avancés, réussissaient à tromper la vigilance des joueurs des bords de Seine (19-26 à la 45’). Pour autant, les Ivryens restaient très concentrés, même quand certaines décisions ne jouaient pas en leur faveur. Inlassablement, les pivots Mathieu Bataille et Mikhail Chipurin prenaient des positions tandis que Benjamin Bataille délivrait de bonnes passes. Seba Simonet animait le jeu et les ailiers s’infiltraient dans le trafic. Le jeu d’attaque était plaisant, avec de très bons moments et du sacrifice, même si quelques immanquables empechaient de revenir à hauteur. Du coup, Paris, avec sa profondeur de banc, gérait parfaitement la fin de rencontre et s’imposait. Un match très encourageant pour la suite de saison.