US IVRY HANDBALL

Souvenirs de Marrane !

28/08/2013

Ce week-end, l’US Ivry organise son historique Challenge Marrane, la référence des tournois français. Avant d’assister aux joutes du relevé plateau qui sera présent, nous avons interrogé deux anciens joueurs, le président Marc-Olivier Albertini ainsi que Thomas Richard, et un actuel, Morgan Staigre, sur leurs meilleurs souvenirs du Marrane.

 

Et c’est l’ex-arrière droit du club, l’héritier de la lignée Richard, Thomas qui se livre le premier à ce petit jeu. « Je me souviens très bien de mes débuts dans le Marrane. C’était un match contre Irun. Le Marrane a toujours été une opportunité pour les jeunes de faire leurs débuts avec l’équipe pro, en venant notamment au relais des anciens qui pouvaient être un peu fatigués (rires). Ca permettait de se confronter au très haut niveau sans que l’impact sur les résultats directs soit trop fort même si l’objectif a toujours été de gagner. La pression n’était pas la même. »

Pensionnaire actuel de Delaune, l’arrière gauche Morgan Staigre garde aussi de nombreux souvenirs de ses participations au Marrane. Dont une immédiate qui surgit, incontestable : « Mon meilleur souvenir ? C’est simple, c’est notre victoire en 2010. Car c’était la première fois que le club gagnait sa propre compétition. Ca a été très fort avec beaucoup de jeunes et Mory Diawara qui fait un super match dans les buts. Le Marrane est vraiment bien pour ce genre de choses et c’est devenu une belle occasion de retrouver le public avant de reprendre la saison. On a hâte d’y être. »

Et qui d’autre que le président des Rouge et Noir, figure emblématique incontournable et gardien de talent, Marc-Olivier Albertini pour lui aussi aller fouiller dans l’armoire à souvenirs : « Pour moi, c’était un match contre Celje, en 2000 il me semble. On avait réussi un bon match nul face à eux après avoir mené pendant 55 minutes et au final, ils avaient gagné le Challenge, mais de notre côté, les résultats obtenus à ce moment là s’inscrivaient déjà dans la lignée de notre saison. On travaillait bien et on visait un retour sur la scène européenne. Ce qui est arrivé ! »